open langage menutoggle menu
Actualités t3://page?uid=116

Transition écologique : la mise en œuvre d’une stratégie data à l’Ademe

La transition écologique ne se fera pas sans données. Voilà le constat qui, depuis 2018, préside au déploiement de la stratégie data de l’ADEME. Retour sur ce lancement à travers trois initiatives majeures.

La Fabrique de la donnée de l’ADEME : un projet technique et culturel

En se dotant d’une stratégie data, l’ADEME — l’Agence de la transition écologique — s’est fixée comme objectif de mettre à disposition des données fiables sur la transition écologique. Une démarche au bénéfice de l’Agence et des pouvoirs publics, mais aussi des acteurs économiques et des citoyens.

Comment s’est matérialisée cette stratégie ? Tout d’abord par la nomination d’un administrateur des données et par la création d’un pôle data directement rattaché au Secrétariat général. Puis est venu le temps de la mise en œuvre, à travers un premier projet d’ampleur. Baptisé « Fabrique de la donnée », ce projet s’articule autour de deux axes de travail : 

  • La mise en place d’une plateforme digitale chargée de collecter et de traiter les données, mais aussi de les rendre accessibles via des outils de visualisation.
  • Un effort de data literacy, via l’édiction de règles sur l’accès, la confidentialité et la structuration des données.

Ce projet fondateur s’est traduit par des bénéfices importants en termes d’industrialisation des processus, de pilotage et de référentiels communs. Mais ce n’est pas tout : il a également accru l’interopérabilité des systèmes de l’Ademe avec ceux de ses partenaires. Enfin, il a posé les bases de nouveaux services d’information autour de la transition écologique, à destination des acteurs économiques notamment.

 

Le projet SARE : des rapports unifiés à partir de données hétérogènes

Les forts enjeux data et reporting liés au programme SARE piloté par l’ADEME ont également poussé les équipes projets à s’appuyer sur sa Fabrique de la donnée. Il s’agissait de répondre à deux défis. Premier de ces défis : l’outillage des conseillers du réseau FAIRE. Ce service public d’information et de conseil sur la rénovation énergétique de l’habitat rassemble un grand nombre d’acteurs, qui n’entretiennent aucun lien hiérarchique avec l’Agence, mais qui ont besoin d’avoir un suivi de leur activité.

Pour cette facette du projet, l'ADEME a sollicité les équipes de Talan, qui ont développé des rapports Microsoft Power BI individualisés. Ces rapports préfiltrés ont été intégrés dans l’application métier de l’Agence. De cette manière, chaque conseiller FAIRE peut accéder facilement aux données qui concernent son activité.

Un autre impératif du programme SARE consiste à alimenter les cabinets ministériels en données précises sur l’avancement du déploiement du programme, et ce, partout sur le territoire. Ici, l'ADEME a choisi de développer un rapport générique à destination de ses acteurs de terrain. Ce rapport, qui se source à partir d’un simple fichier Excel, alimente de façon quasi-instantanée une série de représentations graphiques. Accessibles via Power BI, ces représentations peuvent aussi nourrir des fichiers PowerPoint. Ou être utilisées dans tout autre document dont les ministères auraient besoin.

 

L’open data à l'ADEME : des données de référence sur la transition écologique

Depuis 2016, la loi Lemaire impose aux établissements publics de publier leurs données qui présentent un intérêt économique, social, sanitaire ou environnemental. l'ADEME a choisi d’aller plus loin en proposant une donnée claire, précise et pédagogique. Avec l’aide de la société Koumoul, l’Agence a donc élaboré un portail open data qui répond aux obligations légales, tout en contribuant à l’information du public.

Par exemple, ce portail facilite l’identification des entreprises dont les travaux donnent droit à un crédit d’impôt. Il suffit de se déplacer sur la carte de France pour trouver un artisan labellisé RGE.

Les visiteurs ont également accès à des données sur le car labelling, via un moteur de recherche dédié. Au total, ce sont près de 2500 véhicules neufs que l’on peut comparer en fonction de leur consommation et de leurs émissions de CO2.

À chaque fois, un effort particulier a été fait en termes de visualisation. Selon les thématiques, le portail regroupe des cartes, diagrammes ou histogrammes. Avec une mention spéciale pour le diagramme de Sankey dédié aux diagnostics de performance énergétique. 11 millions de lignes en tout !