open search menutoggle menu
Actualités t3://page?uid=116

Témoignage d’Amine Ramnadi, Support Analyst chez Talan Consulting UK

Dans ce témoignage collaborateur, Amine Ramnadi revient sur son parcours et ses missions en tant que Support Analyst chez Talan Consulting.

/
/

Est-ce que tu peux nous présenter ton parcours en quelques lignes ?

Après un diplôme de l’EPITECH, une école d'informatique, j'ai rejoint directement Talan en 2015. J’ai d’abord travaillé à Paris en tant que support pour l’un de nos clients, une grande banque française, pendant 2 ans. Puis, grâce à la mobilité interne, j’ai rejoint Talan au Royaume-Uni où je travaille chez le client depuis presque quatre ans.

 

Quel est ton intitulé de poste ?

Je suis « support analyst » donc je fais du support technique et fonctionnel sur le desk des commodities.  Nous sommes en charge du bon fonctionnement des applications utilisées au quotidien mais nous devons aussi avoir des connaissances métiers pour pouvoir expliquer les comportements sur la production (P&L, risk, etc.…)

Nous nous trouvons en salle de marché, juste à côté des traders et des sales. C’est là ou toute l’activité du front office se déroule.

Cette proximité avec le trading nous permet de communiquer très rapidement sur les différents problèmes qu’ils peuvent rencontrer pendant la journée.

 

Comment as-tu été amené à intégrer Talan ?

Mon master à l’Epitech comportait beaucoup de programmation, de gestion de projet et je voulais voir autre chose. Je souhaitais m’orienter vers un aspect plus fonctionnel, en apprendre davantage sur les métiers plutôt que sur la technologie.  Le poste proposé en support fonctionnel m’a permis d’appréhender la finance de marché puisque je n’en avais jamais fait auparavant.

 

Quelles sont tes missions actuellement ?

Au support, on a généralement qu'une seule mission chez le client. Mon rôle est de faire en sorte que les applications de front-office aient le moins de problèmes techniques et fonctionnels durant leur journée. Il faut faire en sorte que ces problèmes ne se reproduisent plus grâce à des checks techniques, des vérifications, des alertes. Mais notre rôle ne s’arrête pas là, nous devons faire aussi évoluer la plateforme pour intégrer tous les changements de technologies. Nouvelles bases de données, de nouveaux serveurs.

 

Pourquoi l’Angleterre ?

Avant de rejoindre Talan, je voulais absolument partir à l'étranger. Quand j'ai rejoint Talan, j’avais prévenu l’un de mes managers à l'époque que je souhaitais, par la suite, rejoindre l’une des branches de Talan à l'étranger. J’ai donc commencé à passer des entretiens à Londres. Cela fait maintenant 4 ans que je vis là-bas.

 

Est-ce que tu aurais 3 mots pour présenter Talan ?

Je dirais ambitieux, s'agrandir (au sens développement du groupe) et épanouissement.

L'ambition de Talan est de devenir un acteur majeur sur les différents marchés sur lesquels on se trouve actuellement. Ça c’est pour le côté « ambitieux ». Pour atteindre cet objectif Talan incite tous ses consultants à « grandir » via, par exemple, de formations, des certifications… Etc. Et pour que tout ceci s’inscrive dans la durée, il faut que les collaborateurs s’épanouissent. Chez Talan, c’est ce qu’on vise… L’épanouissement du collaborateur.

 

Quel est ton terrain de jeu chez Talan ?

L'opportunité d’en apprendre plus et de grandir à travers un rôle de chef d’équipe. C’est ce que je découvre en ce moment !  J'apprends à manager des équipes. J’encadre des consultants Talan, je les aide à s'épanouir dans leurs métiers. L’idée est qu’ils progressent rapidement pour atteindre leurs propres objectifs autant personnels que professionnels

 

Est-ce que t'as un souvenir fort depuis que tu es chez Talan ?

Je pense au week-end d'intégration au Portugal en 2016. C’était un très bon week-end durant lequel j’ai retrouvé plusieurs membres de mon équipe mais aussi tous les directeurs de Talan. Le contact s’est fait très facilement.

 

Quelle est la personne qui t'inspire le plus ? Et pourquoi ?

Je dirais mes parents car ce sont eux qui m’ont transmis des valeurs depuis mon plus jeune âge. Grâce à cela, je leur suis vraiment très reconnaissant.

Depuis tout petit, on m’a appris la persévérance, c’est-à-dire à aller de l’avant quelles que soient les difficultés. Je suis attaché à ces valeurs dans ma professionnelle mais aussi dans le sport. Depuis mon déménagement à Londres, j’ai commencé le triathlon. Mon objectif était d’accomplir un full "iron man" : 3.8 km de nage, 180 km de vélo et un marathon (42,2 km). Pour quelqu’un qui faisait peu de sport, c’était un objectif irréalisable, mais avec un peu de motivation et beaucoup de persévérance j’ai accompli cet objectif en Nouvelle Zélande en 2020.