open search menuopen langage menutoggle menu
Actualités t3://page?uid=116

Rencontre avec Fabrice Labatut, Manager Business Unit SWIFT

Dans ce témoignage collaborateur, Fabrice revient sur son parcours, ses missions en tant que Manager Business Unit SWIFT et un souvenir fort chez Talan.

Fabrice revient sur son parcours, ses missions en tant que Manager Business Unit SWIFT
/
/

Peux-tu présenter ton parcours en quelques lignes ?  

Je suis ingénieur et cela fait plus de 20 ans que je travaille dans l’univers SWIFT. SWIFT, c'est le réseau qui relie toutes les banques entre elles. La PME pour laquelle je travaillais a été vendue et c’est ainsi que j’ai rejoint Talan, il y a environ deux ans. Aujourd’hui, je suis manager de la Business Unit SWIFT et je suis basé en Ile-de-France. Cette B.U. n’existait pas chez Talan, nous l’avons créée avec mon ancienne équipe. 

 

Quelles sont tes missions actuelles ?

J’alterne entre management de mes équipes et missions chez le client. J’interviens depuis un an et demi à la Banque de France où je m’occupe de leur plateforme de centralisation des paiements et des prélèvements. Avec le confinement, je suis 100% en télétravail et un jour par semaine, j'encadre mes consultants. Je manage également une petite équipe de développement qui travaille sur une application, basée sur du SWIFT, que nous vendons à nos clients. 

En parallèle, j’ai passé un diplôme de coach sportif il y a 5 ans. Le matin, je suis en mission chez mes clients. A l’heure du déjeuner, je donne des cours de sport. Je suis aussi formateur de coach sportif depuis 4 ans. Rester devant un écran nous force à être dans notre mental toute la journée et on est moins ancré dans notre corps. Le sport est indispensable pour mon équilibre au quotidien.

 

3 mots pour présenter Talan ?

  • Diversité : Je me souviens d’un consultant qui, après avoir fait une très belle mission chez un client, avait du mal à trouver autre chose. Finalement, quand on a rejoint Talan, il a juste changé de B.U. et a trouvé tout de suite une mission dans son domaine de compétences auprès d’un client que l’on n’avait pas pu approcher dans le cadre de notre ancienne structure. C'est l’une des forces des Talan : cette possibilité de pouvoir se diversifier. 
  • Convivialité : Quand je suis rentré chez Talan, j’ai été invité à un nombre incroyable de pots (c’était avant le confinement).  C’est très convivial, mais parfois aussi très contraignant après une longue journée de travail… Quand c’est possible, on essaie de « dé-staffer » l’équipe une après-midi pour assister aux réunions…  Ou simplement se voir.
  • Efficacité : Par exemple, lorsque je recrute des personnes pour ma B.U., je discute avec les services des ressources humaines qui sont très réactifs. C’est la même chose avec l’équipe Formation. Certains clients ont demandé à ce que nos consultants soient formés dans des nouveaux domaines. Et tout s’est organisé très rapidement. 

 

Chez Talan, quel est ton terrain de jeu ?  

Sur WorkPlace, j'ai créé un groupe qui s'appelle « Hacking Éthique ». La sécurité informatique est un sujet qui me passionne car il est corrélé directement à mon quotidien professionnel. Chez nos clients, il y a des « sujets » autour de données confidentielles et plus globalement autour de la sécurité de l'information. Je m’intéresse au piratage informatique et toutes les techniques qui existent, jusqu’au Social Engineering. J’ai créé ce groupe dans lequel je partage mes connaissances et je demande aux autres consultants Talan de partager les leurs. Même Pascal Schmitt, le Responsable de la Sécurité des Systèmes d'Information chezTalan, nous a rejoint et nous échangeons régulièrement. J’écris des articles, j'ai fait des vidéos et j'arrive à intéresser d’autres collaborateurs sur ce sujet, afin qu’ils rejoignent le groupe et partagent leurs connaissances. Cet échange de savoirs nous permet d’être plus efficace et force de proposition chez nos clients.

J’ai également d’autres terrains de jeu. Par exemple, j’essaie de repérer chez nos clients des besoins exprimés ou non pour leur proposer des idées auxquelles il n'avait pas forcément pensé. Je suis resté longtemps à la BNP, j'ai vu des choses qui pouvait être améliorées. On a donc développé un logiciel qui permettait de réaliser certaines actions de manière automatisée, ou d’une façon beaucoup plus rapide et efficace. Nous leur avons prêté l’outil pour qu’ils puissent le tester. Au final, ils ont acheté le produit. 

Globalement, mon terrain de jeu, c’est être à l’écoute, ouvrir les yeux pour voir ce qui se passe. La dimension humaine est le cœur de mon terrain de jeu… au-delà des compétences, c’est la confiance née des contacts directs qui me semble essentielle. 

 

Un souvenir fort chez Talan ?

C’est peut-être le moment où l’entreprise pour laquelle je travaillais est devenue Talan. Il y avait certains consultants qui avaient peur de perdre un certain confort. Pendant 6 mois, on a relevé des défis tous ensemble. Aujourd’hui, tout le monde a trouvé ses marques.

 

Quelle est la personne qui t’inspire le plus ? 

Je pense à Gregory Mutombo. Il m'apporte une ouverture sur une dimension spirituelle, essentielle dans ma vie d’autant plus dans cette période un peu particulière que nous sommes en train de vivre.  Il diffuse un enseignement mais il n'invente rien. La façon dont il l’exprime me parle vraiment et ça me fait un bien fou. Il a vécu des expériences très fortes. Je vous invite à lire « La Symphonie des âmes » qui est son premier livre.