open search menuopen langage menutoggle menu
Toutes les actualités t3://page?uid=116

Interview de Léa Marianelli et Gaëtan Gougeon – Mission Lightforce avec Salesforce au Sénégal

Deux ingénieurs d'affaires chez Talan, souhaitant s'investir dans un projet humanitaire, se rendent au Sénégal pour aider à apporter de la lumière dans des villages ne disposant pas d'électricité.

Mission Lightforce - les équipes sont autour d'un puit
/
Mission Lightforce - Gaetan et deux hommes du projet travaillent sur un circuit
/
Mission Lightforce - Toute l'équipe pose avec des panneaux solaires dans les mains
/
Mission Lightforce - Léa et une femme du projet travaillent sur un circuit
/
/
Mission Lightforce - Photo de l'équipe au coucher du soleil
/
Mission Lightforce - Photo de groupe
/

Mission Lightforce avec Salesforce au Senegal : deux Talan témoignent !

Léa Marianelli : Je suis ingénieure d’affaires chez Talan depuis 2 ans et demi. Je m’occupe de tous les clients retail et luxe.

Gaëtan Gougeon : Je suis ingénieur d’affaires chez Talan depuis 4 ans et j’accompagne la SNCF dans son développement. Je gère une équipe spécialisée dans le développement commercial des offres du Groupe.

 

Quelles raisons ont motivé votre départ et quelles étaient vos attentes ?

Nous avions en commun cette envie de s’investir pour une cause humanitaire. Puis, nous avons connu le projet Lightforce dont les équipes Salesforce sont à l’initiative. 

Nous avons rencontré les membres de l’équipe Lightforce pour avoir plus d’informations. Nous avons aimé notamment le fait que l’équipe vienne d’horizons différents et le concept de mettre la technologie au service de populations dans le besoin.

Enfin, nous avons été motivés par le fait que ce projet existe depuis 3 ans et que sa structure et son impact sur les populations soient éprouvés. 

 

Comment est-ce que Talan vous a donné l’opportunité de partir en mission humanitaire ?

Le projet Lightforce est une initiative de notre partenaire technologique Salesforce. Lorsque nous avons appris que le projet était ouvert aux intégrateurs, nous avons construit un dossier pour présenter la mission à Talan et obtenir leur soutien pour y participer.

Le management de Talan a tout de suite été très enthousiaste et favorable à nous soutenir dans ce projet. On retrouve en effet dans ce dernier les valeurs et convictions que Talan porte au quotidien : l'intelligence collective, notamment avec le travail dans une équipe mélangeant tous types de nationalités et de profils ainsi que l'apport de la connaissance et de la technologie au service de tous.

 

En quoi consistait la mission ?

Nous sommes partis du 1er au 9 février 2020 mais, en réalité, le projet a démarré dès avril avec la mise en place de l’organisation et la recherche de fonds. Celle-ci est extrêmement importante, car elle va définir la capacité d’action de la mission. De notre côté, nous avons commencé à être impliqués dès novembre, une fois que Salesforce avait commencé à démarcher des partenaires. L’objectif de cette mission est d’apporter de la lumière dans des villages ne disposant pas d’accès à l’électricité au Sénégal. La technologie utilisée, s’appuyant sur l’énergie solaire, est simple et permet de contourner les infrastructures : c’est une réponse rapide et viable apportée aux populations. Lightforce s’est associée à « Liter of Light » qui est à l’initiative de ces technologies. 

Nous avons installé des luminaires dans l’espace public et des chargeurs de téléphone à énergie solaire dans deux villages de la région de Kaffrine. Nous avons aussi équipé un centre de soin de panneaux solaires, d’un défibrillateur et d’un frigo afin de permettre la conservation des vaccins. Nous nous sommes également rendus dans les villages de l’année dernière pour échanger avec les villageois, voir comment les choses avaient évolué et s’inscrire ainsi dans un modèle d’amélioration continue. 

 

Qu’avez-vous réalisé sur place ?

Nous sommes restés 7 jours pleins sur place, dans la région de Kaffrine, à 4 heures de Dakar en voiture. C’est une région très pauvre et agricole, centrée sur la culture des arachides.  Notre mission s’est déroulée dans deux villages voisins, à une demi-heure de Kaffrine. 

Sur place, nous nous sommes formés aux technologies. Tous les composants des luminaires et des chargeurs de téléphone se trouvaient sous forme de pièces détachées : le premier objectif était de comprendre le fonctionnement général de la technologie. On a attaché quelques éléments entre eux pour construire une première base. Nous avons ensuite formé des habitants dans les villages : les chefs de villages nommaient des techniciens qui étaient référents. Cette formation a aussi pour but de permettre aux personnes de réparer les luminaires par elles-mêmes, en toute autonomie.

Puis, concrètement, il fallait construire des lampes, les monter sur des poteaux et les poser un peu partout dans le village. Au total, 60 lampes, 10 chargeurs ont été construits et le centre de soin a été approvisionné avec 2 panneaux solaires. 

Au-delà de l’aspect opérationnel et de la formation, il ne fallait pas négliger les échanges avec les populations. Nous ne sommes pas là uniquement pour apporter le matériel, mais aussi pour comprendre les populations et les aider sur le long-terme. Si l’on n’est pas habitué à lumière, on n’en voit pas forcément l’utilité au départ. Il faut donc les sensibiliser à ce sujet.

Le jour où l’association arrêtera son activité, il est important que tout ce qui a été mis en place perdure. Ainsi, plus les populations s’approprient le projet, plus elles peuvent prendre soin du matériel installé. L'objectif est que ce projet soit celui des habitants du village et non pas uniquement celui de Lightforce.

 

Comment avez-vous vécu cette mission et qu’est-ce que cela vous a apporté sur le plan personnel et professionnel ?

Tout d’abord, le fait que la mission soit déjà installée nous a permis de vivre les choses pleinement. C’était très enrichissant sur le plan culturel car on ne connaissait pas l’Afrique subsaharienne. Au-delà de cet aspect, il y a eu aussi une prise de conscience de l’existence de populations ayant des préoccupations très éloignées de notre monde occidental. 

Nous avions à nos côtés un partenaire local de Dakar. Dans les villages, tout le monde parle le wolof. Grâce à ce partenaire, nous avons pu mieux comprendre les habitants, leur culture, et la réalité du terrain. Et cela a été une rencontre humaine incroyable. Nous venions d’horizons très différents, mais nous avons réussi à mettre en place beaucoup de choses. La barrière de la langue n’a pas empêché d’avancer.

Cette mission nous a également ouvert les yeux sur le champ des possibles existant. On se rend compte qu’avec des moyens matériels assez limités, on peut monter un projet impactant pour les populations. En dehors de la lumière, il y a encore beaucoup de choses à réaliser sur place… Cela donne envie de continuer dans cette voie-là et d’avoir un impact sur le long-terme.

 

Quelles sont les prochaines étapes ?

Aujourd’hui, nous voulons partager tout ça. Beaucoup de choses peuvent se faire avec de la motivation et des moyens humains. On est train de rencontrer du monde chez Talan pour voir comment diffuser cette expérience, cette ouverture d’esprit et cette motivation. 

Ce projet a été une expérience « pilote » pour nous. Aujourd’hui, nous souhaiterions nous investir dès la phase amont, en y intégrant plus de collaborateurs chez Talan. Et plus généralement, on aimerait voir comment insuffler cette dynamique de l’humanitaire chez Talan, sans que ce soit forcément un départ en mission. Depuis notre retour au sein de l’entreprise, on remarque que beaucoup de personnes s’intéressent à ce type de projets. Un potentiel important est là, il faut donc l’exploiter pour aider ceux qui en ont besoin. A terme, nous avons une vision encore plus grande : lancer cette initiative pour Talan au nom de Talan.