open langage menutoggle menu
Actualités t3://page?uid=116

Cécile Lafon, Partner chez Talan Consulting : « la relève des associés du monde du conseil est déjà là, et elle sera féminine ! »

Cécile Lafon est partner chez Talan Consulting. Spécialiste de la finance de marché et du conseil en performance durable, elle s’investit aujourd’hui dans tout ce qui touche à l’humain : RSE, écologie, RH. Ayant évolué toute sa carrière dans un environnement à dominante masculine, elle défend aujourd’hui un modèle de leadership au féminin.

« Désormais, mon boulot, c’est l’humain »

Formée sur les bancs d’une école de commerce à la finance de marché, qui stimulait son esprit cartésien, elle intègre le marché du travail à 21 ans et devient rapidement l’une des plus jeunes senior managers de France. Après être passée par Deloitte et une société de gestion, Cécile a monté, avec deux autres associés, sa société de conseil, Asset Alpha, pour « construire [s]on propre chemin », en se faisant confiance – « sans regret ». Après 8 ans d’existence, l’entreprise intègre en 2017 Talan Consulting.

Aujourd’hui Partner chez Talan Consulting, elle se passionne pour les sciences sociales, l’humain et chapeaute ainsi depuis 3 ans le développement RH de Talan Consulting.

 

« Chaque jour, j’apprends de nouvelles choses en fonction des personnes que je croise et des situations auxquelles je dois faire face. »

 

Après 20 ans d’expérience professionnelle et un « réveil écologique », Cécile rejoint la Communauté Climat et Ecologie initiée par des collaborateurs de Talan en 2021. Aussi, elle décide de se former pour devenir animatrice de la Fresque du Climat : « il est important de prendre le temps de comprendre les enjeux climatiques pour, enfin, passer à l’action ! ». Cherchant à mobiliser ses acquis et compétences au service de « ce qui doit devenir la priorité absolue : la lutte contre le dérèglement climatique et la préservation de l'environnement », elle travaille avec ses clients et des équipes transverses à la définition d’une nouvelle offre RSE différenciante pour Talan Consulting.

 

Le futur du conseil se conjuguera autant au masculin qu’au féminin

 

« On a chez Talan Consulting des managers et des senior managers incroyables. Elles ont tout en elles pour faire grandir le cabinet et les consultants dans le respect de valeurs fortes. On va essayer le plus possible de leur paver la voie »

 

Ayant évolué dans un « milieu très masculin », elle a toujours refusé d’« adopter certains de leurs codes ». « Des combats de coq, j’en ai vécus plein et je ne voulais pas rentrer dans ce jeu là. Quelque part, être une femme a été une chance : on n’attendait pas de moi que je rentre dans ce jeu ! », raconte-t-elle. 

Aussi, durant son parcours, elle ne peut s’identifier qu’à « très peu de modèles féminins, a fortiori parmi les associés ». « Et souvent, ces femmes associées, au prétexte qu'elles en avaient bavé pour être là, avaient un peu tendance à reproduire le même schéma. Je peux comprendre, mais j’ai essayé de voir les choses et surtout de faire les choses différemment », confie-t-elle.

Heureusement les temps changent, la profession se féminise peu à peu. Aussi, l’arrivée récente d’une nouvelle Partner People & Culture chez Talan Consulting la réjouit : « Je ne suis plus être la seule Partner au sein de la branche ! »

Mais ça ne s’arrêtera pas là ! Cécile voit dans sa propre équipe – essentiellement féminine – « un beau vivier de futures associées ». « On a des managers et des senior managers incroyables. Elles ont tout en elles pour faire grandir le cabinet et les consultants dans le respect de valeurs fortes. On va essayer le plus possible de leur paver la voie », déclare-t-elle. Alors qu’elle était opposée aux quotas, pensant qu’ils dévalorisaient les femmes arrivées jusqu’alors, elle s’y déclare aujourd’hui favorable : « Ça permet d’accélérer. Sinon, on n’y arrivera jamais. Il y a des choses qui ne peuvent pas attendre. » Déplorant que « le seuil managers reste toujours difficile à atteindre et à dépasser pour certaines, en lien avec la parentalité », cette mère de quatre enfants compte sur le congé paternité pour « réguler un peu les choses ».

 

« Le doute est essentiel, mais il ne doit pas être paralysant »

 

Adepte de la confrontation d’idées, Cécile tire son énergie des consultants avec lesquels elle travaille : « Ils me poussent, me chamboulent, me bousculent et m'empêchent de rester sur mes acquis », indique-t-elle. Aussi croit-elle beaucoup aux vertus du doute, ingrédient essentiel qui, « loin d’être un signe de faiblesse », permet de « se remettre en question et de rester à l’écoute ». À condition de « ne pas être paralysant », nuance-t-elle.

Pour la Partner, c’est une question de confiance en soi : « Le manque de confiance vient de la peur de se tromper. Quand on s’accorde le droit à l’erreur, on n’a plus peur et on agit. C'est comme ça qu'on avance, car les erreurs sont formatrices. » À ses collaboratrices elle conseille d’« être audacieuses » : ne pas attendre qu’on remarque leur bon travail, mais apprendre à demander. « Ça va venir », souffle-t-elle. Elle leur recommande aussi d’entretenir leur curiosité, « essayer de rencontrer beaucoup de gens très différents (cultures, métiers, âges…) ». Son mot d’ordre ? « Ne surtout pas rester dans l’entre-soi, s’ouvrir un maximum et faire marcher une partie de votre cerveau qui n’a pas l’habitude d’être sollicitée ».